Subscribe Now
Trending News
03 Dec 2021

Blog Post

Générale

La Crise Anglophone Figure Parmi Les « Plus Négligées » Du Monde 

La Crise Anglophone Figure Parmi Les « Plus Négligées » Du Monde

Actu Cameroun

Selon Jeffrey Smith le fondateur de Vanguard Africa, estime que la crise anglophone a fait trop de dégâts. Et les mesures prises jusqu’à présent n’ont pas mis fin au conflit.

Jeffrey Smith est le directeur et fondateur de Vanguard Africa, une petite agence de soutien médiatique aux David qui se battent contre les Goliath africains au pouvoir. Il analyse, chez nos confrères d’Alwihda est un hebdomadaire tchadien, la crise qui sévit au Cameroun depuis 2016. Soit plus de 4 ans aujourd’hui.

S’appuyant sur les évaluations du Norwegian Refugee Council, il estime que la crise anglophone figure parmi les « plus négligées » du monde. Et selon l’International Crisis Group, les combats ont tué plus de 3 000 personnes et déplacé 600 000 autres.

«Dans les régions anglophones, 850 000 enfants sont actuellement non scolarisés – probablement beaucoup plus aujourd’hui à la lumière de la pandémie de covid-19 – et une personne sur trois des quatre millions de personnes de la région a besoin d’une aide humanitaire. Le Cameroun, autrefois un hôte réputé pour les réfugiés, est aujourd’hui un exportateur majeur de personnes qui fuient la violence et les persécutions gouvernementales. Le nombre de Camerounais cherchant refuge au Nigéria, par exemple, a franchi la barre des 300 000. L’instabilité à l’intérieur du Cameroun a ainsi produit des effets d’entraînement négatifs sur toute une région, y compris un retour de flamme économique et commercial désastreux. », analyse le patron de Vanguard Africa.

Les enfants pris entre deux feux

Ces statistiques, aussi ahurissantes soient-elles, rendent à peine justice à l’ampleur globale d’un conflit qui a coûté énormément à la vie des Camerounais ordinaires. Principalement des femmes et des enfants qui ont été littéralement pris entre deux feux entre les forces gouvernementales et les combattants anglophones.

Pour le journaliste local Comfort Mussa, « à peine un jour se passe sans nouvelles de décès, d’enlèvements, d’incendies criminels et d’autres formes de violence qui sont devenues une réalité pour les habitants des régions [anglophones].»

Cependant, il y a une petite lueur d’espoir que l’élan s’est construit derrière un programme de réforme. En effet, le Sénat des États-Unis a adopté une résolution par consentement bipartite unanime qui a envoyé un signal fort au gouvernement Biya et aux groupes armés pour qu’ils mettent fin à la violence et s’engagent à un processus inclusif d’arbitrage international.

Related posts