Subscribe Now
Trending News
09 Dec 2021

Blog Post

Générale

La Douane Camerounaise Intercepte 2000 Litres d’Un Produit Entrant Dans La Fabrication Des Engins Explosifs Improvisés 

La Douane Camerounaise Intercepte 2000 Litres d’Un Produit Entrant Dans La Fabrication Des Engins Explosifs Improvisés

Agence Ecofin

Le Cameroun, en proie à des menaces terroristes, tant de Boko Haram que des séparatistes anglophones, est déjà parvenu à déjouer plusieurs tentatives d’attentats en saisissant en août dernier 207 engins explosifs, puis en novembre, 300 litres de peroxyde d’hydrogène et cette fois-ci, 2000 litres d’acide nitrique.

Les meneurs de l’opération Halte au commerce illicite (Halcomi3), une unité spéciale de la direction générale des Douanes (DGD) dédiée à la lutte contre la contrebande, ont intercepté 100 bidons de 20 litres chacun contenant de l’acide nitrique, soit au total 2000 litres, le 20 décembre 2020 à Douala, nous apprend le site SBBC.

Le 27 novembre déjà, Halcomi avait saisi dans la capitale économique 300 litres de peroxyde d’hydrogène, une substance chimique entrant tout comme la première dans la fabrication des Engins explosifs improvisés (EEI).

Le 27 aout 2020 déjà, c’était 207 engins explosifs improvisés en provenance du Nigeria et pesant au total 2070 kg qui ont été saisis dans la région du Nord, plus précisément à Pakete, un village de la commune de Garoua 1er dans le département de la Bénoué.

« C’est la plus grosse saisie des EEI opérée au Cameroun », précisait la DGD, ajoutant que sur instructions du gouverneur de la Région, Jean Abate Edi’i, « les forces de défense ont testé et confirmé l’extrême dangerosité de ces explosifs ».

« Tchoukourdaye »

Quelques mois auparavant, les services douaniers ont encore saisi dans la partie septentrionale du pays « 300 litres de “tchoukourdaye”, une solution utilisée dans la fabrication des engins explosifs improvisés ».

Des saisies qui ont sans doute décidé le secrétaire d’État à la Défense chargé de la gendarmerie (SED), Galax Etoga, dans une note datée du 24 juin, à attirer l’attention des commandants des 10 légions de gendarmerie sur « les menaces d’attaques terroristes dans les grandes villes et agglomérations ».

Depuis lors, certaines villes comme Yaoundé, Douala et Bamenda ont enregistré plusieurs attaques perpétrées à l’aide des EEI. Bien que n’ayant pas causé de mort, ces attaques ont néanmoins amené les pouvoirs publics à renforcer la sécurité sur les différents axes routiers du pays et les contrôles dans les grandes villes.

Related posts