Subscribe Now
Trending News
04 Dec 2021

Blog Post

Générale

Lutte Contre La Corruption : Le Cameroun En Nette Progression 

Lutte Contre La Corruption : Le Cameroun En Nette Progression

Actu Cameroon

C’est ce que l’on apprit lors de la présentation du rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2019 faite le 17 décembre dernier par le président de la Conac Rev Dr Dieudonné Massi Gams.

Le président de la Commission Nationale Anti-corruption croit savoir que sur la dernière décennie, le Cameroun a glané des points au classement de Transparency International, synonyme de progrès dans le combat contre ce-fléau..

« Au départ, la corruption était taboue dans notre pays. On n’en parlait pas. Aujourd’hui nous avons suffisamment évolué. On avait classé le Cameroun deux fois ou trois fois de suite, premier pays corrompu.

Mais aujourd’hui, nous avons pratiquement évolué, suffisamment d’ailleurs. Et le dernier classement que Transparency International a donné, classe le Cameroun au 35e rang. On efet partis de premier à 35. On a aussi gagné un point. On était à zéro sur dix. Maintenant, nous avons au moins 1,6 /10. Pour un élève, une telle note montre qu’il y a encore du travail à faire tout de même », a-t-il déclaré.

Ces avancées non négligeables pourraient être annihilées si les administrations ne font pas preuve de rigueur dans la gestion des finances publiques. Le secteur dés Finances étant considéré, d’après le rapport de la Concac, comme le plus corrompu en 2019. En sus, la corruption a causée des préjudices financiers de plus de 10 milliards de Fcfa à l’Etat au cours de la même année.

Autre point encourageant l’augmentation du nombre de décisions prises par les tribunaux d’instance, à côté de celles devenues traditionnelles du tribunal criminel spécial, de la section spécialisée de la chambre des comptes de la cour suprême, pour des affaires liées à la corruption et aux infractions assimilées.

Le Cameroun est ainsi passé de 22 décisions en 2018 à 28 décisions en 2019. L’autre point positif qui se dégage de ce rapport, c’est le rôle pleinement assumé, dans la limite de leurs moyens, des institutions de contrôle que sont la Conac, les services de contrôle supérieur de ‘l’Etat et l’Agence nationale d’investigation financière dans le dispositif national de lutte contre la corruption.

Related posts